Techniques

Globalement, le judo sportif distingue 4 grandes catégories de techniques :

  • Les projections
  • Les immobilisations
  • Les étranglements
  • Les clés de bras

que nous présenterons de la façon suivante :

LES PROJECTIONS 

A partir de la position debout, le judoka cherche à déséquilibrer son partenaire pour le projeter au sol. Les coups sont interdits. On les appelle nage waza  :

  • Le groupe des techniques debout (tachi waza)
    • les techniques de jambes : ashi waza
    • les techniques de bras (épaule) : te waza
    • les techniques de hanches : koshi waza
  • Le groupe des techniques de sacrifice ( sutemi waza)  : où le judoka décide de sacrifier son équilibre pour faire chuter son adversaire.
    • les techniques de sacrifice dans l’axe (mae sutemi waza)  parmi lesquelles on retrouve la fameuse « planchette japonaise » (Tomoe nage)
    • les techniques de sacrifice sur le côté (yoko sutemi waza)
    • les techniques d’enroulement (makikomi waza)

LES IMMOBILISATIONS 

Le judoka tente de maintenir une partie du dos de son partenaire collée au sol pendant plusieurs secondes.

  • Les techniques de contrôle visant à dominer l’adversaire (katame waza)
  • Les techniques pratiquées au sol (ne waza)
    • les techniques d’immobilisation (osae komi waza), qui s’effectuent lorsque l’adversaire est couché sur le dos, les deux épaules au sol (au contraire du système jujutsu-fighting où une immobilisation sur le ventre est comptabilisée).
    • les techniques d’étranglement (shime-waza), qui peuvent porter sur le système respiratoire obligeant l’adversaire à abandonner rapidement (hadaka-jime), ou sur le système sanguin du cou (sankaku-jime), plus rapide à agir mais aussi plus dangereux.
    • les techniques de luxation : kansetsu waza, portées uniquement sur le coude ( ude-gatame et waki-gatame).

Les étranglements et les clés de bras, utilisés en combat pour forcer l’abandon de l’adversaire, ne sont pas enseignés aux débutants. En effet, ces techniques exigent  une certaine expérience pour être utilisées sans danger pour l’autre. Afin de prévenir les blessures, un code  indique qu’on reconnaît sa défaite : deux coups frappés franchement sur le sol ou sur l’adversaire.